Loïc Lavaud : un agent immobilier à la trajectoire atypique

Par Franco Onweb

L’hiver dernier j’avais rencontré Azezu, un jeune peintre dont la notoriété grandissait (https://www.buzzonweb.com/trajectoires/2016/09/azezu-un-artiste-dans-la-nuit-blanche) ! Au cours de cet entretien il m’avait confié qu’il menait aussi une carrière dans l’immobilier avec autant de talent et de spectacle que sa carrière artistique !

Quelques semaines plus tard il m’envoyait un texto pour m’annoncer qu’il allait passer dans l’émission « Chasseurs d’Appart’ » sur M6. Dans cette émission, qu’il gagna haut la main, il mit en avant son sens du spectacle et de la communication. Mais Loïc Lavaud (c’est son nom) a eu un parcours et une trajectoire incroyable qui méritait que l’on s’y intéresse.

J’ai décidé de rencontrer ce personnage haut en couleurs pour qu’il nous raconte sa « trajectoire » et ses ambitions ! 

Loïc Lavaud : un agent immobilier à la trajectoire atypique
DR

Je suis Loïc Lavaud, agent immobilier entre autres …. (Rires)

Entre autres ?

Oui, je suis agent immobilier mais je suis aussi artiste peintre, joueurs de jeux vidéo et de pleins d’autres choses ….

Votre parcours est assez particulier ?

Assez oui ! Je suis arrivé à Paris en provenance de Corse il y a dix ans. J’ai d’abord travaillé plus de huit ans comme garçon de café  dans les bars à servir les gens et cela m'a beaucoup aidé pour le contact. On apprend à connaitre les besoins des gens, leurs envies, leurs aspirations... Cela a été pour moi une école très formatrice.

 

(Loîc Lavaud - Droit Réservé) 

Aujourd’hui dans votre métier d’agent immobilier vous pensez que toutes ces années vous ont aidées ?

Evidemment, si on oublie le côté commercial, j’ai appris à vendre, à servir le client le mieux possible et surtout à anticiper les demandes. Bon, en plus j’ai appris un tas de blagues stupides qui me servent aujourd’hui (rires).

J’ insiste : ne pensez-vous pas que le fait d’avoir été serveur dans un bar vous aidé pour aborder des nouveaux clients ?

Bien sûr que oui : c’est dans l’approche du client que cela m’a aidé !  Je suis tout de suite à l’aise avec les gens qui viennent me voir parce que je suis habitué à discuter avec tout le monde et je reste persuadé que la vente ne s’apprend pas dans les écoles, ça s’apprend au contact des gens. Quelqu’un qui respecte son client sait comment l’appréhender pour mieux le servir.

Mais l’immobilier s’apprend ?

Il y a des bases qu’il faut connaitre : la législation, le prix du mètre carré dans les quartiers, les procédures juridiques... Mais tout ça est assez figé et donc ça s’apprend rapidement. Pour ma part c’est venu naturellement : avec mes économies je me suis acheté un petit appartement… le genre studette coquette (rires). Au cours de mes recherches pour ce premier bien,  j’ai découvert ce qu’était le monde de l’immobilier et cela m’a passionné.

Et alors ?

Et alors j’ai commencé au bas de l’échelle ! Je suis rentré dans un cabinet de syndic et j’ai appris ! Mais alors j’ai vraiment appris. Je faisais ce que l’on me disait de faire et à chaque fois j’essayais de comprendre comment et pourquoi on faisait les choses : une vraie école, presque un stage …. C’est ça j’étais un stagiaire salarié, nouveau concept (rires). Il faut dire aussi qu’au niveau des horaires je ne comptais pas vraiment mes heures, comme lorsque j’étais serveur ….

Et ensuite ?

J’ai appris les techniques, les codes et les ficelles du métier. Maintenant je suis agent : je fais de la vente !

On va attaquer plusieurs dossiers ?

Attaquez cher ami

Tout d'abord quel est votre statut ?

Je suis agent commercial pour « le Bon Agent », je dépends d’eux administrativement. J’ai en charge un secteur géographique (le 14 éme arrondissement de Paris Ndlr)  mais bien entendu je vais aussi ailleurs. Disons que je vais là où mes opportunités m’amènent et ce n’est déjà pas mal (rires) !

Ensuite la communication et ce sens incroyable du spectacle !

Vous avez vu ? Quand on est agent immobilier c’est souvent capital de mettre en place toute une communication adaptée. J’ai donc travaillé au début avec mon réseau : les amis, les amis des amis, mes anciens clients et puis il y a eu la télévision !

Vous êtes passé à la télévision ?

Oui et par n’importe où : à M6 dans l’émission « Chasseurs d’appart’ » que j’ai gagné !

Félicitation !

Merci ! Je me suis inscrit dans cette émission  comme si c’était un jeu pour moi. Comme vous l’avez compris je suis un peu comédien (rires). Je suis arrivé sur le tournage en étant très détendu et tout de suite mon naturel a pris le dessus. J’ai accepté les missions et j’ai réussis à intéresser les clients. J’ai gagné au final sans rien changer à ce que fais au quotidien et c’était super !

Cela doit développer la notoriété ?

Je crois, un peu, en fait beaucoup (rires) ! Les gens autour de moi étaient contents mais aussi admiratif : « tu passes à la télé ». Je ne connais pas exactement les audiences de cette émission mais ce qui est sûr c’est qu’il y a du monde qui regarde. Dans la rue le lendemain on me reconnaissait et ensuite dans mes visites les clients se sentaient peut-être plus sécurisés : le label « vu à la TV ». (Rires)

Mais n’aviez-vous pas peur du côté « spectacle » ou même être classé dans le « genre téléréalité ?

Pas du tout, mais alors pas du tout ! Dans le terme de téléréalité il y a réalité et là nous étions en plein dans la réalité quotidienne du travail de l’agent immobilier. Nous avons un vrai savoir-faire et dans cette émission nous pouvons le montrer : c’est important !

Surtout que l’immobilier, l’accès à la propriété est aujourd’hui la préoccupation principale des gens.

Oui, cette émission rend notre profession plus sympathique et permet aux gens de mieux connaitre notre quotidien, nos contraintes... Moi quand je rencontre des nouveaux clients, je ne cherche pas tout de suite à leur vendre un bien. Je veux d’abord discuter avec eux, comprendre leurs besoins, analyser leurs situations et déterminer un budget précis. L’achat d’un bien immobilier est probablement l’achat de leur vie : ils ont économisé de longues années avant de pouvoir accéder à la propriété. Nous devons donc respecter leurs demandes, leurs possibilités et surtout leurs besoins.

(Loîc Lavaud en pleine action clientèle - Droit Réservé) 

Donc pour être un bon agent immobilier il faut être proche de ses clients ?

Bien sûr, autant pour l’acheteur que pour le vendeur ! Quelqu’un qui vend un bien le fait aussi pour des raisons personnelles : avoir plus grand, déménager ailleurs ou alors, ce qui arrive fréquemment des gens se séparent de biens dont ils ont hérité suite à la perte d’un proche. Dans tous les cas il faut savoir expliquer aux combien vaut ce lôt et le justifier. Pour ça il faut avoir de la psychologie et beaucoup d’empathie pour les gens !

Vous êtes un agent immobilier atypique alors ?

Pourquoi ? Parce que je suis dans l’écoute et non dans l’obligation : c’est normal, non ? Pour être un bon vendeur il faut connaitre son produit mais aussi sécuriser le client. Si jamais vous vendez un bien moyen et qui ne satisfait pas vos clients, vous allez vous avoir une réputation épouvantable et  la rumeur va aller très vite contre vous !

Quels sont vos projets ?

Là ? Reprendre un café (rires). Plus sérieusement continuer toutes mes activités : immobilier et peinture. Mettre en place de nouveaux moyens de communication et encore et toujours m’amuser tout en travaillant sérieusement. Ça devrait m’occuper encore un bon moment !

Le mot de la fin ?

Je n’aime pas les fins !

 

Acomptes et cautions en un clic

Articles plus anciens

L'atelier D'N'D