Fontaine Wallace : le retour des vieux copains !

Par Franco Onweb

C’était un autre temps : la fin des années 90, à la radio il y avait un chouette morceau qui passait : « 25 ans ». L’auteur de cette chanson était un jeune groupe « Superflu », un groupe super, pleins de mélodies et de jolis mots. Nicolas Falez était le chanteur du groupe. Trois albums plus tard le groupe jeta l’éponge !

2016, Nicolas Falez est de retour avec son nouveau projet : Fontaine Wallace ! Pour ce nouveau projet il s’est entouré d’un trio de musiciens impeccables, dont le batteur Ludovic Morillon (Prohibition, NLF3 ou Yan Tiersen). Il fallait en savoir plus, j’ai donc posé quelques questions par écrit au groupe qui m’a très aussitôt répondu. A l’autre bout du clavier Fontaine Wallace pour une première interview. Attention groupe au grand talent : on vous aura prévenu ! 

Fontaine Wallace : le retour des vieux copains !
DR

Vous vous présentez ?

Cécile, Fabrice, Ludovic, Nicolas. Tous parisiens, tous avec un passé musical. Batterie, basse, guitare, piano. Et surtout : tout le monde chante.

Pourquoi ce nom ?

Nous cherchions un nom composé et Fontaine Wallace a fait son chemin. C’est un Anglais, Mr Wallace, qui a offert aux Parisiens les fontaines qui font partie du paysage de la ville. Mais nous ne sommes pas des passionnés de mobilier urbain : c’est le côté poétique et franco-anglais du nom qui nous plait.

Vous avez joué avant dans des groupes ou avec artistes assez connu ?

Certains d’entre nous ont notamment joué avec Prohibition, Superflu, Yan Tiersen… 

Comment définiriez-vous votre musique ?

Pop sombre ? C’est toujours difficile les étiquettes. Difficile aussi de dégager des influences partagées même si on se découvre régulièrement des goûts communs. Côté textes, nous avons constaté après-coup que nos premières chansons entretenaient un rapport à l’espace : la ville, les rues, les routes...

Comment êtes-vous arrivés à jouer cette musique ?

On joue, on essaie des choses, on discute beaucoup et on se prend un peu la tête sur des détails. Bref, on est un groupe.

Dernièrement vous avez enregistré des titres ?

Nous avons enregistré 8 titres, parmi lesquels « Architecte », « Astronaute », « Joueur d’échecs » déjà en ligne… Nous voudrions retourner en studio assez vite car nous avons pas mal de chansons en chantier.

Avez-vous des contacts avec des labels pour sortir vos morceaux ?

Avec nos précédents groupes nous avons connu le vingtième siècle : enregistrer des démos sur une cassette, les envoyer par la Poste à des labels… et ô joie : faire des disques que l’on pouvait acheter dans le commerce. Avec Fontaine Wallace, l’idée de départ était de ne nourrir aucune nostalgie pour cette époque révolue. On avance donc avec les outils d’aujourd’hui : internet, les réseaux sociaux, peut-être un jour le crowdfunding… L’idée c’est de faire cette musique-là, avec ce que nous sommes, ici et maintenant. Mais on ne s’interdit rien et si un label ou un autre type de partenaire est intéressé nous serons ravis de discuter.

Avez-vous des concerts en prévision et comment appréhendez-la scène ?

Nous aimerions bien. Pour l’instant nous avons enregistré en veillant à ce que les chansons restent proches de ce que nous avons élaboré en jouant à quatre. Ca nous épargne les frustrations du genre « bon maintenant comment on fait sur scène pour restituer l’orchestre de cordes ? ». Mais la question se posera peut-être un jour !

Quelle est l’importance de l’image et des vidéos avec ce nouveau projet ?

L’idée est de travailler ces domaines tout de suite. Notre premier clip, « Architecte », à base de projections en Super-8 est presque terminé. En vidéo comme en photo, on a choisi de n’être pas trop reconnaissables. Même si nous sommes objectivement très beaux.

Que pensez-vous de l’arrivée des réseaux sociaux et globalement de l’internet pour la diffusion et la promotion de votre musique, vous qui avez connu avec vos anciens groupes des parcours plus « classiques » ?

Au risque d’enfoncer une porte ouverte, disons que ça crée une relation immédiate avec les auditeurs. C’était fantastique de mettre en ligne nos premiers titres ces dernières semaines et d’avoir rapidement des centaines d’écoutes et des commentaires. Par la suite, ça pose des questions importantes : faut-il poster frénétiquement des trucs à l’intérêt discutable sur nos pages ? Ou faut-il se limiter à du contenu que l’on estime pertinent… au risque de passer inaperçus dans le tourbillon des médias sociaux ?

Quels sont vos projets

Dans quelques jours nous mettrons en ligne la vidéo de « Architecte », authentiquement fait-maison. Ensuite ? Diffuser de nouveaux titres lorsqu’ils seront mixés, retourner en studio pour enregistrer les chansons qui nous occupent actuellement, faire des concerts… Bref, être un groupe.

Un dernier mot !

Euh… Peut-être « Do It Yourself » ?

Soundcloud :

https://soundcloud.com/fontainewallace
 
Facebook :
https://www.facebook.com/fontainewallacemusique
Banner

Articles Trajectoires plus anciens

Stranger, le nouvel album d'Os Noctambulos