Orléans, un vin de prémisse ?

Par Dyonis Hator

Il fait soif, les invités ne vont pas tarder et rien n'est prêt ? Montes le son, libères ta créativité ménagère. Non, ne pousses pas les meubles. Des enfants ? Tant pis, les principes éducatifs : au tapis. Une moitiée ? L'est pas là ? Que croire ou qu'y faire ? Trop tard pour la psy et les conseils ? Alors, one more time, montes le son. Et si rien de tout ça : tu t'ennuies ? En revanche, pour la domesticité et toutes ces sortes de choses, là, c'est toi qui sais.

Orléans, un vin de prémisse ?
DR

Cesses de morigéner et écoutes. Tu n'en seras que plus vigilant à l'avenir. Une seule consigne en matière de créativité ménagère : veille à ne pas dériver, question budget.

 

Plus que jamais c'est à Orléans que tout se passe, y compris l'improbable troublant. Ecoutes Edgard Morin, c'est irrésistible (http://www.ina.fr/video/I08016656). Moi, plus que jamais je suis content que le danger ait pris la poudre d'escampette à Orléans, en 1969.

A Orléans, les pinots meunier et noir font des rouges légers et le chardonnay s'associe accessoirement au pinot gris pour des blancs francs et nets. L'hiver, la fatigue aidant, sur les bords de Loire tu peux te reposer des agapes passées et calmer ta soif en trois couleurs, blanc-rosé-rouge. De jolis vins légers et fruités-ligériens pour que ta modération boute ta soif. Alors, sus à la pépie !

 

Les producteurs, peu nombreux, jouent la sincérité et l'énergie de l'engagement, tu es gagnant ! Valérie Deneufbourg, Clos Saint-Avit, les Vignerons de la Grand'Maison, le Vignoble du Chant d'Oiseaux et le Clos Saint-Fiacre les voilà tous cités, fais ton choix, c'est le bon.

 

Tu brules d'impatience, la prochaine lampée irisera ton regard, troussera tes narines et chaussera ton palais « léger-léger ». Mais là, tes papilles défaillent, tes invités aussi, dans ce tumulte aérien il te faut illico faire suivre l'intendance pour la ripaille commence !

Côté cochon, tu as l'embarras du choix. Côté légumes, si le cucurbitacée t'inspire, n'hésites pas à commencer ar des graines de courges puis sert une compotée de butternut et coriandre avec amandes grillées et longues tranches de baguette toastées.

Du chou-fleur cru et un grand bol de chèvre frais détendu d'huile d'olive et du sésa

Et maintenant que tu sais, tu ne pourras plus dire qu'à Orléans il n'y a que le vinaigre, ses humeurs moutardières et sa rumeur, pis encore pas de quoi alimenter ta créativité ménagère.

La prémisse s'est faite démonstrative, Orléans n'est plus un commencement, tu vis intensément l'instant dans l'affection apéritive revenue de tes commensaux. Outstanding !

 

 

 

 

L'atelier D'N'D

Articles Trajectoires plus anciens

http://www.basementprod.com