Guillaume Serp : Les Chérubins électriques en poche !!!!!

Par Franco Onweb

A l’occasion de la réédition en poche des « Chérubins électriques », l’unique roman de Guillaume Serp, nous remettons en ligne la chronique que j’avais écrite en 2014 quand ce site était un blog.

Cet automne sera marqué par Guillaume Serp, en plus de la réédition de son livre, il y a la sortie du projet GYP, un disque enregistré à trois : Guillaume donc, Yann Leker et Pierre Goddart. Un disque inédit dont la sortie a été rendue possible grâce à la redécouverte d’une K7.

On y revient très vite, pour se souvenir que derrière le chanteur exubérant et écrivain brillant se cachait un vrai talent disparu trop vite ! 

Guillaume Serp : Les Chérubins électriques en poche !!!!!
DR

C’était en 1978, Paris vivait l’after Punk, le temps des désillusions et des soirées glauques. A Paris un nouveau club venait d’apparaitre : le Rose Bonbon. C’est là tout les soirs dans une cave de la rue Caumartin que se construisait une nouvelle scène : les Jeunes Gens Modernes !

Modern Guy, et son chanteur Guillaume Israël, était parmi les leaders de cette scène. Leur New Wave funk et dansante était bien dans le style de leur époque et le groupe regardait plus vers New York que vers Londres. La vision des Guys était simple : ils exagéraient, enfin surtout Guillaume Israël exagérait et ses frasques étaient célèbres (il se fit même interdire des Bains Douches !), lui qui cherchait sous les néons des boites de nuits à fagociter un quotidien bien morne ! Il fallait vivre vite, à fond, sans regrets … Galère, argent, demain, enfants, famille, carrière n’était que des mots pour lui et ses troupes, seul le présent comptait et Guillaume montait sur scène comme certains vont au combat, Che Guevara avec des guitares électriques.

Modern Guy finit par enregistrer un album à New York produit par l’incroyable John Cale (toujours pas réédité à ce jour). Ce fût un échec et le groupe vola en éclat ! A 23 ans, Guillaume Israël était un has been, pire, un looser. Il rebondit avec  classe en écrivant un premier roman en 1983 : « Les Chérubins électriques » sous le nom de Guillaume Serp. La critique fût plus que positive, on parla d’un nouveau talent, d’un auteur capable de décrire sa génération.

Suite au livre, Guillaume partit pour Los Angeles suivre une fac de cinéma et préparer un nouveau roman (inédit à ce jour). C’est là que Lio le retrouva et lui proposa de travailler sur l’album « Pop Model » qui reste son plus grand succès à ce jour. Puis Guillaume rentra à Paris ou il décéda le 30 Décembre 1987 d’une overdose d’alcool et de médicaments.

(Guillaume Serp en 1983 - Droit réservé) 

Son livre allait devenir un de ces mythes qui fait la renommée de cette époque. « Les chérubins électriques » c’est la chronique de Paris à la fin des années 70, les filles sont belles, elles sont mannequins ou actrices et portent des noms dignes de romans des années 60 (Cassandra ou Déliciosa). Les garçons portent plusieurs noms (Philippe ou Rodney) ou pas de prénoms (X1 ou X2), ils montent un groupe de rock, ont un peu de succès et voyagent de Berlin à New York pour vérifier que tout le monde vit la même chose : l’ennui ! 

L’ennui, c’est la chose la plus importante du livre, à un point tel que tout le monde se drogue pour l’oublier, (aucunes scènes nous est épargné, ça sent le vécu). Ils font des choses bizarres : acheter la Pravda au Drugstore, s’habiller en rouge, mettre West Side Story à fond sur la chaine et sortir beaucoup. C’est juste une époque froide, sans actions, sans gloire …une époque ou la télévision était encore en noir et blanc et Dalida trustait les hits parades.

Le livre allait devenir une sorte de petit mythe.  Le genre d’écrit que tout le monde cherchait à lire. Il y eut plusieurs textes (dont un de Beibgbeder) qui le décrivait comme une photographie de l’époque. 30 ans après sa parution le livre est réédité chez l’Editeur singulier avec une longue préface d’Alexandre Fillon qui a réussis à retrouver beaucoup d’acteurs de l’époque et des proches de Guillaume Serp. Même si le livre a vieilli ou plutôt si l’époque a changé, le texte de Guillaume Serp conserve sa naïveté de l’époque, remplis de référence, avec un style sec et direct. Un livre d’une époque et  d’un réel talent disparu trop tôt. 

(Guillaume Serp dans ses oeuvres - Droit réservé) 

Les Chérubins électriques de Guillaume Serp 

Poche Rivages 

7,90 euros 

Sortie le 5 Octobre 2016

 

Banner

Articles Littérature plus anciens

Jo Wedin & Jean Felzine - Je t'aurai