Grout /Grout : Rencontre avec Sylvain Grout

Par Franco Onweb

Cela a commencé par un simple mail de présentation pour un groupe : Grout/Grout. Sans grande conviction j’ai écouté et là j’ai juste entendu un des plus beaux disques que j’avais entendu depuis longtemps ! Un disque splendide, où  se rencontrent la country, la pop, le rock dans un joyeux mélange savamment orchestré. C’est un peu comme si Eliott Smith rencontrait les Beatles et allaient ensemble jouer avec le Velvet Underground. J’ai donc contacté ce quintet de Montpellier et j’ai découvert qu’ils en étaient à leur troisième album.

J’ai alors décroché mon téléphone pour discuter avec Sylvain Grout, le chanteur du groupe déjà indispensable !

Grout /Grout : Rencontre avec Sylvain Grout
Thierry Guignard

Je m’appelle Sylvain Grout, je suis enseignant aux beaux-arts de Montpellier, je suis artiste plasticien (Grout/Mazéas), je suis le chanteur de Grout/Grout dont je compose les morceaux. Pour moi toutes ces activités sont aussi importantes et j’y trouve le même plaisir.

Mais est ce que le groupe n’était pas la bande-son de tes activités de plasticien ?

Non. Mes activités d'artiste (plasticien) ont leurs propres bandes-sons souvent. Le groupe, c’est un peu un plaisir inavoué mais ça pourrait peut-être intégrer ma  pratique plastique un jour.

(Grout/Grout, au centre Sylvain Grout - Photo Thierry Guignard) 

Le groupe est né est vers 2011, 2012 ?

Oui, il y a eu plusieurs configurations. J’ai d’abord commencé avec certains de mes étudiants mais ils sont partis à Bruxelles. Le groupe s’est constitué en 2013 avec Japy à la batterie,  Dany, à la le basse. On a eu un premier guitariste qui est parti et on l’a remplacé par Avelin. Vincent nous a rejoint aux claviers en 2015. Depuis on est donc cinq.

Vous venez de Montpellier ?

Oui, la ville de OTH qui, je l'espère,  marque encore la scène locale.

Il y a eu un deuxième album en 2015 ?

Oui, c’est un hybride des deux formations : on avait encore l’ancien guitariste et pas encore Vincent aux claviers. Il y avait une fille à la basse. On a conçu ce disque sur pas mal de temps. On l’a fait chez moi et forcément ça  a pris pas mal de temps (rires).

Mais c’est ton projet : c’est toi qui écris tout ?

Ouais, c’est moi qui fait les chansons. Même si j’ai du mal à dire que je fais tout, c’est moi qui impulse le projet mais j’ai vraiment trouvé un sens dans le groupe. J’aime beaucoup quand les autres amènent des choses au projet. Et puis, faut dire qu'on se marre bien ! On partage à peu de choses près le même sens de l'humour à la con. Sur le dernier album, la chanson titre est un morceau que j’avais en tiroirs depuis longtemps et qu'on a assemblé avec une partie qui provenait de  Vincent, mais c’est le seul truc que nous avons fait à deux.

Pourquoi ce nom ?

Ben... C’est mon nom ! Je l’ai doublé parce que je voulais donner un côté "songwriter", genre Lennon/McCartney... (rires). C’est un nom un peu bizarre que j’ai subi pendant toute ma scolarité ! Ca me permettait peut être de me venger ou d’exorciser le truc. En tout cas c’est un nom que tout le monde retient !

C’est quoi tes influences ?

La pop anglaise comme les Beatles ou les Kinks mais le truc qui m’a vraiment remis dans la musique c’est quand je me suis mis à écouter Elliott Smith. C’est exactement ce que j’avais envie d’entendre et de faire. En tout cas après l’avoir écouté c’est sorti tout seul. Maintenant il y a d’autre gens comme Wilco … J’aime aussi des groupes comme les Black Keys ou les Arctic Monkeys mais ma référence de base c’est Elliott Smith.

Dans ton disque il y a une grosse référence des Beatles période « Revolver » et « Sgt Pepper » ?

Bizarrement un peu moins « Sgt Pepper » mais plus « Rubber Soul ». J’aime bien les trucs antérieurs à  « Sgt Pepper »,  quand il y a un peu de grains, un peu de vie, les moments où ils sont là pour jouer ensemble...

Tu aimes donc beaucoup les « Songwriters» ?

Oui, j’aime le format chanson, parfois ça fait un peu rire mais vraiment c’est mon truc …

Dans votre biographie vous citez le Velvet Underground aussi ?

J’aime le côté « arty » chez eux, le côté symbole. Ils ont aussi un côté faussement naïf qui me plait (rires). J’aime aussi beaucoup Warhol et la « Factory ». C’est une musique qui me fait voyager dans une époque que j’aime bien.

(Photo Benjamin Teyssier)

Mais tu parlais de Wilco, tu dois beaucoup aimer « l’Américana » ?

En fait pas vraiment ! Ce qui me plait chez Wilco, ce n’est pas forcément ça. Ils ont quelque chose d’incroyable dans la manière d’allier la guitare acoustique à la batterie. J’aime vraiment beaucoup leur leader Tweedy. C’est un mec qui te décomplexe vraiment. Il est pas là pour jouer les rockstars. Il monte un projet avec son fils à la batterie...J’aime cette liberté atistique et sa musique qui est souvent très belle.

Quand on écoute votre disque on sent que c’est très écrit ?

Oui, je n’aime pas beaucoup l’improvisation. D'abord, à titre personnel, je n'en ai pas les moyens... et j'aime les choses concises. Et puis, on prend de plus en plus de soin à construire les parties de chaque instrument plutôt que de simplement laisser la place à l'énergie.

Et les Français ?

Je n’en écoute pas beaucoup et je n’arrive pas à chanter en Français, je parle trop cette langue. J’aime beaucoup l’écrire, je la trouve très belle mais je n’arrive pas à la faire sonner ! C’est dommage ! Je n’aime pas ma voix en Français. Ce que j’aime dans l’anglais c’est que ce n’est pas ma langue. Cela me permet de prendre de la distance par rapport aux choses que je dis ou que je chante. J’aborde des trucs très personnels parfois et si je chante dans une autre langue cela me permet de prendre du recul.

C’est de la timidité, de la pudeur ?

Non, c’est plutôt une invitation au voyage, au rêve, changer de quotidien …

On parle de votre troisième album : « Nyctinasty ». Vous l’avez enregistré où et avec qui ? 

En juillet 2018, au « studio Mirador » à Corconne dans le Gard. On l’a fait avec David (Dad)Darmon. C’est quelqu’un dont on me parlait souvent. La personne qui a mixé mon premier album,  Patrick Jauneaud, m’avait parlé de ce studio et de David. Par ailleurs, Dad nous avait fait le son pour un concert un soir et c’était bluffant ! Quand on a été voir son studio on a vu qu’il baignait dans du matériel vintage et qu'ily avait une super acoustique. Pour nous c’était idéal !

Tu en dirais quoi de ce disque ?

On s’est fait plaisir ! On l’a enregistré à l’ancienne, presque en live. Tout était écrit mais il y avait de la spontanéité. Il s’appelle « Nyctinasty », parce que c’est un phénomène que l’on trouve chez les fleurs qui s’ouvrent et se ferment en fonction du jour et de la nuit. Je voulais garder ce côté émotion clair / obscur. On peut en plus y voir une analogie avec les humains qui se mettent eux aussi à bouger en fonction de la nuit. J'aime chercher un côté lumineux dans une bascule vers dans la nuit. Beaucoup de nos morceaux sont comme ça : en deux phases ! Le premier morceau « Hi » passe de quelque chose de léger à quelque chose de grandiloquent, c’est un peu notre côté Velvet (rires).

Je pensais que l’album s’appelait ainsi parce que c’était la seule chanson que tu n’as pas écrite tout seul ?

Non, j’avais l’idée du titre de l'album et ca a donné le titre de la chanson. Je voulais vraiment travailler sur le crépusculaire et la luminosité. Les fleurs, c’est ça : à la fois lumineux et crépusculaire. C’est peut être mon côté artiste à la con (rires).

Tu dois adorer Nick Cave ?

J’adore les « Murder Ballads ». Il faut qu'il y ait une dose d'humour, même très noir pour que j'adhère. C’est d'ailleurs ce que j'aime dans le film 20 000 days on earth dans lequel il met en scène une mise au point sur l'ensemble de son parcours. Il a une grâce et une attitude irréprochable.

Vous avez beaucoup tourné ?

Non, ce n’est pas ce que je préfère : je ne suis pas super à l’aise sur scène. Et puis c’est un vrai boulot de trouver des dates. On est surtout resté dans notre région, à Montpellier. On a joué une fois à Paris, aux « Trois Baudets », mais on était trop frais et ce n’était pas la même formation. Je préfre de loin enregistrer des disques. C’est un moment que tu graves et qui téchappe pas. La scène souvent, ça m’échappe ! On peut y vivre des choses très belles mais au final on ne sait quel compte rendu en faire. Je trouve très déprimant l’idée de quitter une scène (rires) parce que c’est un moment tellement fugace … On ne sait pas si on vit tous les choses de la même manière : on peut avoir une vraie communion avec le public mais on ne sait jamais si on assiste au même spectacle ! Déjà on n’a pas le même son dans la salle et sur scène. Il y a ensuite cette idée de « performer » soi-même son boulot. Les gens te regardent refaire ton boulot, c’est étrange comme idée.

(Photo Benjamin Teyssier) 

Vous avez joué ou ?

Au « Rockstore » à Montpellier, « au Jam », Victoire2 et plein de clubs ici …

Vous avez fait des premières parties ?

Non jamais, on le regrette … On a juste joué avec des groupes locaux.

Il vous manque quoi ?

Un tourneur qui comprenne qu'on a tous un boulot à côté (rires). On aimerait bien aller plus loin que chez nous. On a de bons retours en radio dans des villes comme Marseille mais on est pas connus et personne dans le groupe n’a le temps de s’en occuper. On a tous des obligations professionnelles, mais ce serait bien de faire des petites dates un peu partout en France dans différents formats, même si on adore être tous les cinq, on peut jouer à trois ou 2…

J’ai l’impression que tu as beaucoup de pudeur et que tu as peur de montrer ton disque a beaucoup ?

Non, je n’ai pas peur du public, j’ai juste peur de mon manque de disponibilité parce que tout ça prend beaucoup d’énergie et de temps et je ne veux pas me noyer là-dedans. Ca doit rester un plaisir et pas un truc en plus ! C'est un acte précieux pour moi et je tiens à partager ça avec des gens qui s'interesseront à la musique... qu'ils soient professionnels ou juste en tant que public. Le plaisir est primordial.

Ils parlent de quoi tes textes ? 

Souvent de relations entre les gens, ils parlent de moi, de gens que je connais, de ma copine, beaucoup de mon intimité et de personnages que je voudrais être : je fantasme ma propre vie ! J'essaie de changer de quotidien, même si tout part de là.

Tu penses que le texte a une vraie importance où c’est juste des mots sur la musique ?

J’essaye d’y faire attention et comme c’est en anglais cela me prend beaucoup plus de temps. J’adore l’anglais, sa tournure d'esprit, le sens du raccourci.  En tout cas mes textes ne sont jamais gratuits.  Parfois, ça démarre avec une idée, un jeu de mot ou une vague notion. Mais  ce qui m'amuse, c'est qu'à chaque fois, ça part d'un truc que je me mets à penser en anglais.

C’est quoi vos projets ?

On continue à écrire. J’aimerais que l’on ait des dates dans toute la France, que l'on se tourne vers une structure d'accompagnement pour qu'on ait un retour, un regard qui nous fasse avancer sur nos performances. Ensuite, le quatrième album ... j’aimerais qu’il soit double : une version acoustique et une version électrique.

Le mot de la fin ?

Je suis content parce que on n’a pas été interrompus. Figure-toi que j’attends une livraison de mon futur costume de scène. J’ai enfin trouvé un beau costume bien mods, bien British !

Quel disque tu donnerais à un enfant pour l’amener vers la musique ?

C’est mon fils ainé qui me fait découvrir des disques ! Je leur ai mis très jeune Elliott Smith, of course, et franchement ils ont adoré !

http://hyperurl.co/nyctinasty

https://www.facebook.com/groutgroutband/

http://grout-grout.com

 

 

 

 

Acomptes et cautions en un clic

Articles plus anciens

Les Soucoupes Violentes - Réédition CD “Dans Ta Bouche”