Pat Kebra : Une histoire de couleurs à Paris Part 2

Par Franco Onweb

Deuxième partie du long entretien que m’a accordé Pat Kebra. Après la séparation d’Oberkampf et dégoutté par le milieu de la musique, il décide de changer de vie. Durant vingt ans il va mener la vie d’un chef d’entreprise avant que le démon de la musique ne le reprenne et qu’il ne se lance avec talent dans une carrière solo passionnante.

Deuxième partie d’un entretien avec un artiste épatant pour qui les mots honnêteté et respect trouvent pleinement son sens.

Pat Kebra : Une histoire de couleurs à Paris Part 2
Jym

Tu arrêtes la musique, contrairement à Joe Hell. 

Oui il a fait Catch 22 et deux albums solos. Moi je suis allé vendre des légumes en tant que grossiste à Rungis. Le milieu de la musique m’avait beaucoup déçu. J’avais essayé de faire des choses avec sérieux et ça n’était pas possible ; le milieu était trop bordélique ,je faisais chier tout le monde ! Quand je suis revenu au bout de 20 ans, j’ai vu le professionnalisme des groupes qui s’était fortement développé ! J’ai été très surpris !

(Pat Kebra en concert le 18 janvier 2018 à El Mediator - Photo Photopix)

Avant que Joe ne reforme le groupe, il m’a appelé pour me proposer de ressortir les disques et ,j’étais contre ! Pour moi c’était un fantôme du passé, la page était tournée et après l’heure ce n’était plus l’heure !

Pourtant des groupes vous reprennent, vous avez eu un véritable impact !

Oui c’est vrai et ce n’était pas prévu ! Quand on s’est arrêté le 6 Mai 1985 on ne pensait pas que quelqu’un se souviendrait de nous et que le mot punk serait encore prononcé tant d’années après ! L’affaire était bouclée !Cela faisait bien longtemps depuis 1978 que les anglais étaient passé à autre chose ! Tous les ans il y avait quelque chose de nouveau ! Stray Cats ,Madness ,Oï  ,cold wave etc…En 1988 quand on a fini de payer nos dettes, le vinyle s’est arrêté et j’ai refusé de sortir nos disques en CD. Je refusais de faire de l’argent sur mon groupe qui était mort. J’avais un travail, je gagnais ma vie et je ne voulais même plus que l’on écoute mon groupe : ceux qui n’avaient pas été là ne m’intéressaient pas. Quand Joe a fait sa compilation en 2001, il ne savait pas gérer et tout le monde l’appelait pour lui réclamer son dû ! ce qui était normal puisque c’était une véritable collaboration cette auto production ,mais c’était un peu trop compliqué pour lui ! Il en a bavé un peu ! On ne touche pas impunément à des choses si bien structurées et avec autant de passion à l’intérieur !

Vingt années se passent !

Je vends des légumes avec le spectre de l’article d’Alexis qui me dit de retourner à l’usine. Je suis là où je dois être puisque je n’ai aucune valeur artistique et je me sens très bien comme ça !. J’ai repris l’affaire de mon père en m’associant d’abord avec lui et en rachetant la boite après. Je me suis révélé en tant que commerçant. J’ai révélé ma valeur en tant que chef d’entreprise. Je me suis mis en couple  j’ai eu trois enfants, j’ai fait ma vie…

Et donc, comment tu reviens ?

En 2001 c’est la reformation de Joe et mon père décède. Il faut savoir que la dernière chose dont on avait parlé lui et moi c’était de cette reformation, et lui me conseillait de ne pas m’en occuper.

Et donc ?

Je mets 4 ans à comprendre qu’il me faut partir pour refaire autre chose mais sans savoir quoi. Et je vends mon affaire en 2005.Ce n’était pas simple avec une famille à charge !

Comment ça se passe ton retour ?

Éric de WC3 m’appelle, j’avais joué avec lui pendant un an dans son groupe, Too Much en 1988. Il me rappelle pour refaire une guitare sur un titre : « Captain Valium » et là je m’éclate vraiment. C’était vraiment chouette. Je lui propose de continuer ensemble ! Mes guitares étaient moisies ! Et là en six mois on sort un album sous le nom de « Futur Ex ». Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir en studio sans contrainte et sans stress. Ma compagne commence à faire la gueule, très rapidement ça tourne au vinaigre ! Sauf qu’ avec Éric nous avons un gros désaccord sur le plan du travail ! Le groupe a splitté l’année d’après.

 

(Affiche pour la tournée de Futur Ex, Pat Kebra à droite- Droit réservé) 

Ça ressemble beaucoup à du Oberkampf, « Futur Ex » ?

En fait je recherchais la voix de Joe et Eric s’est plu dans ce registre-là !  C’était cool !

 Et ensuite ?

Manu Castillo me propose de faire la rythmique dans Wundebach . Bon je n’étais pas vraiment copain avec eux ,j’ai trouvé ça sympa qu’il me propose et j’ai dit oui sans hésiter !

Tu as fait la tournée ?

J’ai fait 10 concerts avec eux  et ça a donné selon leurs propres termes du « Wunderkampf ». Pour tout te dire c’est la première fois que quand je tordais mon T-shirt, il dégoulinait de sueur. J’ai adorais faire ça ! Autant avec « Futur Ex » j’ai adoré le retour en studio, autant avec eux j’ai retrouvé le plaisir de la scène. Je n’avais pas fait la reformation D’Oberkampf ,ce n’était pas pour faire celle de Wunderbach ! juste rigoler un peu sur scène et aux afters aussi ! En 2009 j’ai commencé à travailler tout seul en studio sur mon projet. Puis je trouve un batteur Rascal et on répète à deux. Un guitariste qui trainait au local prend la basse, je fais quelques chansons et la mayonnaise prend. Six mois après on sort un premier album « le cœur sur la main »

On parle de tes disques. Il y a d’abord ces pochettes avec des dessins de Thierry Guitar ?

Je ne le connaissais pas, c’est Géant Vert (journaliste, manager, auteur et activiste de la scène punk Ndrl) qui me l’a présenté. J’aime beaucoup ses dessins. Ils collent parfaitement à mes albums ! c’est incroyable !

Il y a des textes qui parlent du génocide arménien ?

Oui, mes grands-parents étaient arméniens pour moi c’était important de parler de ce génocide oublié. Ce qu’on fait les Turcs et leur impunité est écœurante : 1 500 000 morts !

Il y a aussi ce texte : « Le temps des promesses ».

Ça c’est sur le second album « Décoffrage » sorti en 2013 C’est un texte pour Joe … Il m’avait proposé de faire une reformation Je lui ai proposé de venir chanter une nouvelle chanson avec moi c’était celle-là ,les paroles n’étaient pas encore faites et  il m’a dit ne pas avoir le temps alors je lui ai demandé s’il ne me prenait pas pour un con !!Il me fait la gueule depuis. Il ne réponds plus ! je n’ai plus l’Age de ces enfantillages !Même si je reconnais ne pas avoir été toujours très diplomate !

Vous vous êtes revu ?

Oui 2 ou 3 fois avant 2012 et on a passé un très bon moment. On a eu des projets ensemble notamment de ressortir nos anciens disques en vinyles. Quand Universal a utilisé le nom « Couleurs sur Paris » pour une compilation de variète , on a fait le procès ensemble, que nous avons gagné. On s’est expliqué !Tout était OK ,c’est ce qu’il m’a semblé en tout cas ! les compteurs étaient à zéro.

Donc Oberkampf ne se reformera jamais ?

Mais aucun groupe ne peut vraiment se reformer ! C’est comme si tu voulais redevenir jeune c’est impossible ! Toutes ces chansons sont porteuses de révoltes et de messages très forts ! Je ne peux chanter ou jouer que ce que je vis . Pour l’instant je travaille sur les mastering pour sortir les versions digitales de nos albums . Comme on est exposé avec des trucs comme la Philharmonie, interview à France Culture je veux que les gens aient les bonnes versions à écouter si ils vont sur Deezer ou ce genre de système.

 

 

(Pat kebra en concert en 2015 - Photo Pierre Terrasson) 

On revient à tes albums en solo avec ces textes très personnels ?  

Oui, je ne parle que de choses qui me touchent et j’essaie de gommer ce qui est très perso en laissant l’émotion d’origine 

Tu as beaucoup produit en solo ?

J’ai fait trois albums en cinq ans, 130 concerts et j’ai développé mon boulot d’attaché de presse !

Tu dors la nuit ?

(Rires) Franchement, j’ai eu une vie hyper occupée, sans vraie vie sociale. J’ai peu vu mes enfants et ma famille à cette époque, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Tu regardes toujours devant toi, tu ne sembles jamais faire attention au passé ?

Pourtant tu verrais ma cave : elle est pleine de souvenirs. Non, je suis très respectueux du passé. Je suis en train de tout sauvegarder jusqu’à la moindre K7 ! Mais je n’en fais rien juste le besoin que les choses ne se perdent pas.J’ai des dizaines de concerts et d’interviews très intéressantes de l’époque ! des maquettes incroyables ! Mais je ne sortirai aucune de ces vieilleries pour l’instant. Juste les albums originaux et en digital 

Tu pourrais facilement remonter le groupe et refaire quelques concerts très lucratifs ?

Peut-être, mais non ,ce n’est pas dans mes projets! Je suis quelqu’un qui s’intéresse énormément au sens des choses. Est-ce que cela servirait mon ancien groupe  de le faire ? NON !Ce serait juste ridicule !même si c’est bien joué et que le son est mortel ! ce serait ridicule ! et mon ancien groupe se retournerait sûrement dans sa tombe !Ça ferait plaisir à des gens qui n’ont pas vu le groupe à l’époque ,j’en suis sûr ! Mais Oberkampf chantait des chansons au premier degré et ces textes Joe les vivaient à fond ! Comment veux-tu dire que tu veux vouloir faire sauter la société quand tu as des enfants ,il faut rester crédible !

Tu penses qu’Oberkampf est un groupe marqué par son époque ?

Bien sûr ! 1000 fois ! « Couleur sur Paris » est très marqué par les radios libres et les fanzines,par les clash et leur ‘London’s Burning » aussi ! . Les concerts étaient assez violents parce qu’on n’avait pas de service d’ordre. Quand il y avait des problèmes dans la salle, on arrêtait le concert et il nous arrivait d’intervenir. On était le seul groupe à ma connaissance à faire ça !On ne supportait pas que notre public qui venait s’éclater soit victime de gros relous ! pas question de continuer à jouer comme le faisaient certains !

J’ai lu qu’aujourd’hui tu n’étais plus quelqu’un de contre, mais quelqu’un de pour  

Oui, le punk s’est construit contre ! Contre les hippies ,contre la société matérialiste ,contre les parents ,contre l’école ,contre les ainés en général contre TOUT ! Cela me parlait ! Notre souffrance, venait de la famille et comme on la rejetait, on rejetait aussi la société sans rien y comprendre. Maintenant je ne suis plus contre la société : je m’y suis inséré, j’ai trouvé ma place et je pense qu’il faut proposer des choses au lieu de critiquer comme le fait de protéger la planète !

Quand tu jettes un regard en arrière, qu'est-ce que tu vois, qu'est-ce que ça t'inspire ?

J’adore, je ne regrette rien, je vois un jeune pour qui j’ai beaucoup de sympathie…et aussi un peu de peine quand je pense à sa souffrance mais je devais en passer par là !

Tu reprends d’ailleurs « Couleurs sur Paris » !  

Oui, mais je la joue comme une reprise ! Je fais très attention à respecter le jeune que j’étais. En même temps c’est une chanson que j’aime et que les gens ont envie d’entendre ! C’est mon passé et souvent c’est ce passé que les gens viennent voir. Je la joue à ma manière, en changeant des trucs dans la chanson, mais je leur joue la chanson que je jouais quand j’étais jeune avec une énergie incroyable en essayant de faire honneur à mon ancien groupe ! D’en défendre les couleurs en tout cas !

Tu as admis que les gens ont aimé ces chansons ?

Oui, mais il a fallu du temps et que j’aille en province, que je tourne… Quand la première fois un type m’a dit « quel son Oberkampf ! » je me suis dit « quel con ! », mais quand un deuxième arrive et me dit « PLC quel son », je me dis « encore un con » et puis, après, il y a pleins de gens qui te le disent, alors j’ai compris l’impact qu’on a pu avoir.

Ca ressemble beaucoup à Oberkampf tes disques solos ?

C’est le même son de guitare ,les mêmes instruments le même bonhomme !

D’ailleurs c’est toujours les mêmes musiciens avec toi ?

Non, j’ai arrêté avec Rascal et Loulou, le batteur et le bassiste que j’ai eu entre 2010 et 2012  j’ai senti que c’était fini. C’est une sensation que je connais bien : quand je sens que c’est fini. Il y a un certain parfum : je ne peux pas lutter. J’ai fait le troisième album ave trois bassistes et trois batteurs différents dont Nirox (ancien batteur des Bandits et de différents groupes, il a notamment participé à la reformation d’Oberkampf en 2001 NDLR). J’ai fait un duo aussi avec Manu (ex-Dolly NDLR) et pour moi ce fut un grand plaisir.

Comment s’est passée la rencontre ?

Elle m’a invitée à un de ses concerts par Facebook, j’étais assez étonné. Elle m’a confirmée que l’invit était bien pour moi. Je suis allé à son concert et j’ai trouvé ça bien et je trouvais que le batteur était vraiment bon. J’ ai contacté Manu en lui disant que je cherchais un batteur et aussitôt elle m’a branchée avec Nirox. Je compose un treizième titre et là l’ingénieur du son me dit : « c’est un duo ! » Je pense à Manu et je lui envoie le titre  et elle me répond qu’elle adore cette chanson. On répète dans ma cave et franchement c’est une chouette personne avec plein de caractère. Elle essaye de se renouveler toujours et encore !C’est un de nos points communs !

https://www.patkebra.com/

http://player.believe.fr/v2/3615931036348

 

 

L'atelier D'N'D

Articles plus anciens

Une méthode novatrice et originale pour permettre aux enfants de se développer en s'amusant !