Tio Manuel : Dos Tios !

Par Franco Onweb

Il a deux ans, j’avais rencontré Manu Castillo alias Tio Manuel pour un entretien passionnant avec un guitariste/ chanteur extraordinaire ! Et voilà qu’est paru à a fin de l’année son nouvel album: « Dos Tios ». Un album dépouillé, pleins de guitares et de mélodies qui révèle encore une fois, le talent de Manu !

J’ai voulu en savoir un peu plus sur ce nouvel album, je lui ai donc envoyé quelques questions pour avoir quelques précisions !

 

Tio Manuel : Dos Tios !
DR

Quand on s’était vu il y a deux ans tu venais de sortir ton album « Ian Ottaway Project », quand as-tu commencé à travailler et à composer ce nouvel album « Dos Tios » ?

J’ai eu envie l’an dernier de quelque chose de très roots. On a commencé à jouer mes titres avec Gilles Fégeant et mes chansons ont sonné différemment. On a donc eu envie de réenregistrer certaines d’entre elles avec ce son dépouillé et plus intimiste.

(Tio Manuel en concert - Droit réservé) 

Quand et où l’as-tu enregistré ?

Juin 2017, au studio Garage 2.0 Paris

Qui a participé à cet album (musicien, producteur) ?

Coté musiciens, Gilles et moi. Côté ingé son Bernard Natier.

Quelles ont été les influences pour cet album ?

Le blues du delta, la country folk des grands espaces, et l’espagnol de mes origines.

Sur cet album, la guitare est toujours à l’honneur mais tu mélanges les styles, pourquoi ?

Comme je l’explique plus haut, on a pioché  dans mon répertoire qui comme tu le sais mélange les styles.

Tu as beaucoup favorisé la formule du duo sur ce disque ?

Effectivement, du début à la fin. Pas de troisième musicien .

(Droit Réservé) 

Peux-tu nous parler un peu de tes textes ?

Ce sont des fictions ou pas,  à partir d’expériences ou d’anecdotes vécues. Je ne vais pas tout raconter ici, mais ça va de tranches de vies, à des histoires qui m’ont marquées…comme celle de Roque Dalton, découverte dans un magazine au Mexique. Ou la Vuelta inspirée d’un pauvre type complètement paniqué, un clandestin d’Amérique centrale, croisé en Arizona, qui cherchait de l’aide pour éviter de se faire attraper par la Migra ( police de l’immigration ) etc , etc …

Les voyages sont une vraies influences pour toi : quels sont ceux qui sont présents sur le disque ?

Toujours les mêmes, Amérique du nord, Amérique centrale, frontière US/ Mexique …

L’album sort de nouveau sur « Closer Records » peux-tu nous décrire comment tu te sens sur le label ?

 Comme à la maison, Philippe D et Philippe Gilard ont toujours été très corrects avec moi et ma musique, donc ça c’est encore fait là bas.

Comment le disque est-il reçu ?

Normalement bien je pense… il tourne sur une centaine de radios, les articles de presse sont plutôt positifs, et les gens qui nous croisent en concert ont l’air d’apprécier ce que nous présentons. Donc ça va !

Va tu tourner et quand ?

Les dates commencent à se mettre en place. Paris début Mars, Sud Est en Mars également . Dans l’attente de confirmations en Bourgogne, Vendée, Nord…

Tes projets ?

Je travaille sur un 7e album, plus électrique…en groupe cette fois. Donc j’espère le sortir pour fin 2018 ou 2019 . À suivre …

http://tiomanuel.com

L'atelier D'N'D

Articles plus anciens

Stranger, le nouvel album d'Os Noctambulos