French Boutik et Popincourt chantent the Jam

Par Franco Onweb

 "Specialized" est une communauté musicale Anglaise dont le but est de soulever des fonds dans le but d'améliorer la vie de jeunes personnes atteintes du cancer.

Depuis 2012, "the Specialized Project" a réalisé 5 album "tribute" célébrant la musique de The Specials, The Beat, Madness, The Clash et plus récemment Bob Marley. En 2017, le groupe choisit est …The Jam !

Fans ultimes du groupe de Paul Weller, French Boutik et Popincourt ont été sélectionnés pour participer à cette compilation (avec d'autres comparses hexagonaux tels que les Soucoupes Violentes et Smash).

Enthousiasmés par cette initiative, décision a été prise de produite un "split" single vinyle, reprenant sur chaque face leur cover respective: French Boutik et Popincourt chantent the Jam !

Pour soutenir cette initiative caritative et artistique j’ai envoyé quelques questions aux deux artistes que nous avions déjà présentés. 

French Boutik et Popincourt chantent the Jam
DR

(French Boutik et Olivier Popincourt - Photo JPLoyer) 

Popincourt:

Quel morceau des Jam vous avez repris ?

“Tonight At Noon” du 2è album des Jam “This is a Modern World”.

Pourquoi celui-là ?

Réinterpréter un morceau d’un de ses groupes préférés est un sacré défi. Quel choix ? Comment faire mieux ? Il m’était impossible d’essayer de reproduire l’énergie folle du jeune trio ou de reprendre des titres ayant une dimension trop Anglaise, notamment au niveau des textes (ex; Eton Rifles). J’aime beaucoup quand des titres sont totalement revus, réinterprétés (deux exemples sidérants: les Stranglers reprenant “Walk on by” de Dionne Warwick ou Aztec Camera avec leur cover de “Jump” de…. Van Halen !). “Tonight At Noon” convenait parfaitement: c’est une “Love song universelle” dont j’ai pu ralentir le tempo et apporter des arrangements plus fournis que sur l’original, avec des orgues, du clavecin...

Morceaux favoris de Jam / Paul Weller ?

 95% des titres des Jam, 60% du Style Council et 40% de sa carrière solo : la liste serait donc très longue !  Mais disons: “Going Underground” coté Jam, “Headstart for happiness” pour le Council et “Above the clouds” de son premier album solo.

(Popincourt - Photo JP Loyer) 

Que représente pour vous les Jam / Paul Weller ?

 Je pourrai en parler des heures… Weller est une référence ultime depuis que j’ai découvert sa musique en 1983 (donc après les Jam). Il y a plusieurs niveaux de lecture: son immense catalogue, le fait d’avoir su arrêter les Jam alors au sommet (et comptons sur lui: il n’y aura jamais de reformation !), sa constante remise en cause et sa volonté d’expérimenter - avec certes parfois des erreurs -, sa passion pour la musique (grandir avec lui et ses influences c’est toucher aux gloires des 60’s mais aussi à la soul, au jazz, à la pop). Et puis bon, le monsieur a une classe incroyable. Grande fierté d’avoir été fan adolescent, grande fierté d’avoir suivi le parcours de ce grand monsieur, toujours alerte, enthousiaste à bientôt 60 balais.

Qu’est-ce que cela vous fait d’être sur cette compilation ?

On en parlait avec Serge de French Boutik, cela peut paraître anodin mais quel que soit la qualité intrinsèque de nos covers et du coffret, se retrouver sur une compile Anglaise, en  hommage aux Jam, c’est juste énorme et plutôt émouvant….

Une anecdote ?

J’ai vécu à Londres de 2001 à 2005 et forcément en profitais pour voir beaucoup de concerts. Weller m’avait repéré à force, toujours adorable. Un soir je vais voir Ray Davies au Royal Festival Hall. Je traîne un peu dans la salle après le show et tombe sur Weller et quelques-uns de ses proches. Il me voit, me prend par l’épaule et me dit “Come on, let’s see the man !”. Je me retrouve ensuite backstage avec à ma gauche le chanteur des Kinks et ma droite le Modfather… Hallucinant ! Un rêve de fan.

French Boutik:

Quel morceau des Jam vous avez repris ?

Serge (guitariste) : The Place I love, du 3e album “All Mod Cons”.

Pourquoi celui-la ?

Serge : D’abord, j’ai toujours adoré cet album, sans doute leur meilleur. Pour ce qui est de The Place I love, je me souviens avoir tout de suite flashé sur l’intro avec cet improbable arpège, à la limite du dissonant, à la Rickenbacker (ça doit remonter à 79 !) que je m’étais empressé d’apprendre ! Avec French Boutik, la question était de trouver la bonne reprise à adapter en français, et de la faire sonner à notre sauce. C’est toujours comme cela qu’on procède. Arriver à imaginer Gabriela interpréter du Paul Weller a été un bon critère de sélection ! S’attaquer à Jam c’est compliqué, surtout pour moi, étant un de leurs dévots ! Même si c’est loin d’être la meilleure chanson de leur fabuleux répertoire, j’y suis resté attaché. Couplets au riff ultra sec et froids qui tranchent avec la chaleur quasi soul des refrains amples et mélodieux. Nous l’avons totalement réarrangé avec cette touche cristalline à la Beach Boys. C’est en passant devant Notre Dame que j’ai eu cette inspiration divine !  

(French Boutik - Photo JP Loyer) 

Morceaux favoris de Jam / Paul Weller ?

Serge : Oula, ca va être dur ! Tout “In The City” ! Les fondations quoi … Plus précisément : I Got By In Time, Away from the numbers, et pour les autres albums : Tonight at noon (hahaha excellent choix Olivier !), Fly, To be someone, In the crowd, That’s entertainment, Pretty Green, Dream time, Thick as Thieves, Private Hell, Little boy soldiers, Going underground, Running on the spot, Carnation, Shopping … Pour Style Council : Headstart for happiness, Luck, Down in the Seine, Shout to the top, Speak like a child … Paul Weller solo : Here's a new thing, Bull-Rush, Into Tomorrow, Uh Huh Oh Yeh, Above the Clouds, Kosmos, Wild Wood, Going Places, Bag man … J’en oublie surement !

Que représente pour vous les Jam / Paul Weller ?

Serge : Ma formation musicale ! Quelque chose de fondateur … Ce qui m’a amené à tous les autres : Small faces, Who, Kinks, la soul music, Motown etc … Weller a été pour moi un initiateur. C’est à cause de ce type que je suis mod, c’est pas rien ;-) … L’engouement de départ, les affinités spontanées, c’est souvent pour des raisons un peu confuses … j’écoutais les Pistols, The Clash, Buzzcocks etc … j’étais dans le punk autour de 78 … et puis l’album In The City est arrivé sur ma platine ! The Jam avait quelque chose en plus … le son me rappelait les Beatles, cette réminiscence me renvoyait à mon enfance, le son dans lequel j’avais baigné grâce à mon grand frère. Et puis ces trognes teigneuses “en lame de couteau” comme disaient les rock critic … les costards noirs étriqués, un tout indéfinissable qui me correspondait totalement. Je les ai vu sur scène trois fois … Y a pas photo, c’étaient les meilleurs !

Qu’est-ce que cela vous fait d’être sur cette compilation ?

Serge : Bon allez : une consécration ! …

Une anecdote ?

Serge : Le jour où j’ai entendu le morceau Précious, j’ai cru à un canular ! C’était la face B de Town called malice, qui était déjà très audacieux par rapport aux productions précédentes de Jam … A l’époque je découvrais Tamla Motown, j’avais ramené d’Angleterre le 45T “My Guy” par Mary Wells, un truc sublime … En France nous étions encore dans un contexte musical très “rock” … Le early motown j’adorais, mais Précious sonnait vraiment disco, ce qui pour mes potes et moi à l’époque était une hérésie ! Je me souviens avoir téléphoné à un ami qui habitait Caen, en tant que fans, nous étions persuadé qu’il s’agissait d’une grosse vanne de la part de Weller … On était vraiment incultes !

 

Pour commander le disque : 

http://www.copasetic.de/french-boutik-popincourt-chante-the-jam-7.html

https://frenchboutik.ecwid.com/

 
Banner

Articles plus anciens

Jo Wedin & Jean Felzine - Je t'aurai