Vincent Bricks : L’interview

Par Franco Onweb

La rumeur court dans Paris : il y aurait une nouvelle petite merveille qui sévirait dans la capitale, son nom ? Vincent Bricks !

Avec plusieurs concerts remarqués à Paris(le Pop-in, les 3 Baudets..) le jeune prodige venu de Sète va rapidement se consacrer à la production et l’enregistrement de ses morceaux. Un mix parfait entre Arthur Lee, les Beach Boys ou Sparklehorse.

Rencontre avec un brillant  artiste à l’accent du Sud !

Vincent Bricks : L’interview
DR

QUI ES-TU ?

Je suis plusieurs personnalités à la fois : un inadapté́ de la vie sans musique, un androgyne, un mélange entre le "dandy-mod" et l''indie beautiful loser",un hypersensible mélancolique obsessionnel qui vit dans la légèreté et l'insouciance bref un être contradictoire, paradoxal, spirituel pour qui  la philosophie du «Carpe Diem» n’est pas étrangère...

TON PARCOURS ?

J'ai mis fin à une carrière juridico-politique pour me consacrer à la musique, j’ai eu plusieurs groupes presque toujours de pop ou d’électro pop. J’ai partagé mon temps entre enregistrements et concerts. 

La complexité́ du groupe avec ses batailles d’egos m'ont poussé à l'introspection musicale.

Apres l'écriture de chansons dans ma ville ensoleillée de Sète,  j'ai changé de décor en mettant le cap sur Paris, où les premiers concerts m'ont amené́ à de nouveaux arrangements.
D’une musique définitivement pop avec des accents noisy, je me suis projeté́ vers de l'anti-pop des plus dépouillé́s.

COMMENT DEFINIRAIS-TU TA MUSIQUE ?

Une musique mélancolique teintée, parfois, d’un brin d'optimisme.
La présence fondamentale d'une mélodie, d'un phrasé vocal, et d'un rythme qui ne se cachent derrière aucun arrangement ni effet de guitare :

 

TES INFLUENCES

Sparklehorse, The Beach Boys, Daniel Johnston, The Velvet Underground, Pavement, The Libertines, Syd Barrett, Radiohead, Elliott Smith,  Aphex Twin et tant d’autres....

POURQUOI VENIR A PARIS ?

Le soleil me faisait mal aux yeux...

COMMENT TRAVAILLES-TU, STUDIO ? COMPO ? ARRANGEMENTS... ?

La mélodie arrive toujours en premier, le texte vient ensuite. Ce dernier résulte souvent du style ‘’écriture  automatique". Pour les arrangements, j’essaie de travailler  souvent avec quelqu'un à la production.

COMMENT APPREHENDES-TU LA SCENE ?

De manière la plus naturelle qui soit, sans calcul. Je me sens bien sur scène : c’est mon élément !

TES OBJECTIFS ?

Ce n’est pas très original mais vivre de ma passion pour la musique, être un maximum sur la route et construire une discographie.

TES PROJETS ?

Un enregistrement avant la fin 2015.

LE MOT DE LA FIN ?

Quelle fin ?

 

 

Articles plus anciens